Plan du site  
Lycée Carnot

Présentation de la filière lettres et sciences sociales

Présentation de la filière

Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) lettres et sciences sociales (voie B/L) sont des formations d’enseignement supérieur délivrées dans les lycées. Elles s’inscrivent au sein de la filière littéraire, à côté de la voie A/L.
Au regard des formations post-bac proposées dans le système d’enseignement supérieur, ces classes offrent la formation la plus polyvalente et la plus pluridisciplinaire qui existe aujourd’hui. Elles combinent un enseignement littéraire de haut niveau dans le domaine de la littérature et des langues, un enseignement des humanités classiques (histoire, philosophie, géographie), des humanités modernes (sociologie, économie, sciences politiques) et des mathématiques.
Tandis que la spécialisation généralement de mise dans les cursus post-bac, n’autorise qu’une connaissance partielle des réalités du monde contemporain, la formation délivrée en lettres supérieures (hypokhâgne) et en première supérieure (khâgne) permet d’appréhender les problèmes d’aujourd’hui dans leurs dimensions culturelles, historiques, politiques, sociales et économiques.

Principaux débouchés

Cet enseignement, étendu et rigoureux, est exigeant. Les CPGE lettres et sciences sociales ont vu le jour au début des années 1980, créées à l’initiative de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm dans l’intention d’ouvrir une voie d’excellence dans le domaine des humanités modernes. La formation est de haut niveau et ses exigences sont fixées par les concours d’entrée à l’ENS Ulm, à l’Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines (LSH) de Lyon et à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan.

Plus largement, la diversité des enseignements proposés en Hypokhâgne et en khâgne BL et le niveau élevé de culture générale qui y est acquis, permettent d’envisager bien d’autres débouchés des Instituts d’Etudes Politiques (IEP) aux écoles de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) en passant par les écoles de management, les écoles de journalisme, ou encore les formations universitaires les plus sélectives comme les magistères. Ces cursus d’excellence et la qualité de la formation sont de précieux atouts qui permettent aux étudiants d’envisager avec confiance leur insertion professionnelle. En effet, les méthodes et le rythme de travail mis en avant tout au long du cursus forment les étudiants à l’effort, suscitent des dispositions qu’ils mettront à profit au cours des années futures aussi bien dans le domaine des études que dans le monde professionnel.

Diplômes, niveau et qualités requis

La CPGE lettres et sciences sociales s’adresse aux bacheliers S, ES ou L. Les bacheliers S ayant un bon niveau en mathématique et passionnés par les lettres, les sciences humaines et les sciences sociales, tout comme les bacheliers ES, ayant suivi la spécialité mathématique en classe de terminale et possédant un bon niveau dans cette discipline, pourront dans le cadre de cette formation acquérir un solide niveau dans un ensemble élargi de matières. Les bacheliers L ayant suivi la spécialité mathématique peuvent en principe s’engager dans cette formation. Mais, l’investissement nécessaire dans des disciplines fondamentales comme les sciences sociales et les mathématiques supposera un effort considérable.

[*[**Nous attirons l’attention des futurs préparationnaires sur la nécessaire polyvalence des étudiants de la filière lettres et sciences sociales et, tout particulièrement, sur le niveau d’exigence en mathématiques, car il convient de bien mesurer celui-ci. Cette exigence est double : d’une part, elle résulte du niveau d’approfondissement de l’enseignement imparti et d’autre part, elle concerne le volume de travail et la nécessaire régularité des efforts qui devront être fournis (vérifiés chaque quinzaine par les interrogations orales). Certes, cette exigence de polyvalence ne vaut pas obligation d’excellence. On attend d’abord de l’intérêt, de l’implication et un travail sérieux dans toutes les disciplines. Enfin, si l’hypokhâgne et la khâgne B/L ont pour vocation de préparer les concours des Ecoles Normales Supérieures (Paris, Cachan et Lyon) et des écoles de statistiques, la formation qu’elles proposent peut également constituer une préparation pour les concours des Instituts d’Etudes Politiques. Seulement, le choix de la filière B/L suppose que l’on s’engage irrévocablement à déployer dans toutes les disciplines, y compris en mathématiques, les efforts attendus. De même, dans l’optique des concours des ESC ou de certains IEP, le travail en LV2 – quand l’étudiant a choisi de s’y inscrire – doit être régulier et approfondi, afin que le niveau requis aux concours puisse être un objectif accessible.*]*]

Dans tous les cas, suivre une telle formation suppose des qualités personnelles particulières. Il est indispensable de posséder une grande capacité de travail et d’être très motivé pour faire face aux exigences. Le sérieux, la rigueur dans l’analyse, le goût pour la réflexion, l’appétit de connaissance et la curiosité intellectuelle sont également autant de traits de personnalité correspondant bien au profil des élèves de CPGE lettres et sciences sociales.
Cependant, il ne faudrait pas se faire une image excessivement austère de ces classes. Le plaisir y est doublement présent. D’abord, parce que ces études réservent de réelles satisfactions personnelles de nature intellectuelle, ensuite parce que la vie entre élèves est riche d’échanges, de rencontres, de solidarités et de relations d’amitié qui participent, à l’instar de tous les autres éléments de l’environnement, à la formation générale des étudiants.

 

Lycée Carnot | Réalisé sous SPIP

Interface privée